pollinisateurs_06
A . B . C . D . E . F . G . H . I . J . K . L . M . N . O . P . Q . R . S . T . U . V . W . X . Y . Z

Agriculture biologique et jardinage écologique

L’agriculture biologique et le jardinage écologique

Toi aussi, si tu as la chanced’avoir un jardin ou un grand balcon, lance toi dans l’aventure !
L’agriculture biologique est une production agricole qui respecte la biodiversité et les cycles naturels.

Sont exclus les engrais et pesticides synthétisés par les fabricants de produits chimiques, souvent dangereux pour les sols, la ressource en eau et parfois même pour notre santé, ainsi que les Organismes Génétiquement Modifiés.

L’agriculture biologique est réglementée au niveau international et respecte des normes strictes (des règles).

Alterner les culture pour ne pâs épuiser le sol

Le premier principe de l’agriculture biologique consiste à associer la culture de plusieurs espèces sur une même parcelle et à alterner les cultures. Cette pratique, appelée assolement, présente le grand avantage d’éviter la profusion de parasites et de préserver la qualité des sols.

Ainsi, la luzerne, le trèfle ou la moutarde repoussent limaces et escargots mais surtout constituent de véritables engrais verts qui améliorent la qualité de la terre et donc le rendement dès la récolte suivante.

Banir les produits chimiques et s’aider de la nature

Pour lutter contre les espèces qui ravagent les cultures, les agriculteurs bio utilisent des insectes plutôt que des produits chimiques. Ainsi la coccinelle dévore jusqu’à 150 pucerons par jour.

Les syrphes, dont nous avons parlé plus haut, repoussent également les pucerons qui les prennent pour des abeilles dont ils se méfient.
Les carabes, de petits coléoptères, sont efficaces pour lutter contre les escargots et les limaces (image de gauche)

Les agriculteurs s’appuient aussi sur les prédateurs naturels d’espèces indésirables comme la mésange qui élimine les araignées, le rouge-gorge amateur de chenilles ou la chouette qui, la nuit venue, pourchasse les rongeurs des champs….

Des produits d’origine naturelle remplacent avantageusement des substances issues de la chimie de synthèse. Le purin d’ortie fertilise le sol tout en détruisant les parasites.

Les recettes de grand-mère reviennent en force

  • La bouillie bordelaise, dont le principe actif est un sel de cuivre, élimine des champignons comme le mildiou, qui attaque les vignes, mais aussi des parasites de la pomme de terre et de la tomate.
  • Le soufre est utilisé contre la maladie des rosiers.
  • La lavande, le persil, la moutarde, les capucines éloignent limaces et escargots….
  • Protéger et enrichir le sol, mais naturellement !

    Pour protéger et enrichir les sols, les agriculteurs bio ont recours à des moyens naturels.

    La technique du binage permet d’aérer la terre et de maintenir l’humidité. Pour préserver les graines contre le froid hivernal, ils répandent des paillis, un mélange de terre, de paille, de tourbe et de feuilles mortes.

    Le compost, constitué de débris animaux ou végétaux fermentés, constitue un excellent engrais naturel tout comme le tourteau à base d’huile de ricin. Quant au ver de terre, il est un précieux auxiliaire des agriculteurs, labourant et aérant la terre comme personne.

    Les jardiniers soucieux d’écologie s’inspirent de ces techniques. Ils choisissent des plantes adaptées aux caractéristiques du sol et qui pousseront sans efforts. Ensuite, pour permettre à la terre de renouveler son humus, sa partie nourrissante, rien ne vaut le compost que l’on réalise soi-même à partir des ordures ménagères.

    Des engrais verts comme le trèfle, le lupin ou la cendre de bois améliorent la qualité des sols.