lemurien_01
A . B . C . D . E . F . G . H . I . J . K . L . M . N . O . P . Q . R . S . T . U . V . W . X . Y . Z

Loris et Tarsidés, cousins primates primitifs des lémuriens

Faisons maintenant connaissance avec d’autres primates dits primitifs, les lorisidés et les tarsidés qui, eux, n’habitent pas Madagascar.

Le cas des Loris

Les lorisidés sont des prosimiens, tout comme les lémuriens dont ils se sont détachés il y des millions d’années. Ils n’ont pas suivi leurs cousins vers Madagascar et se sont implantés largement dans les zones tropicales d’Asie et d’Afrique.

Soumis à la concurrence des singes, plus évolués, ils occupent aujourd’hui des niches écologiques discrètes. Ce sont des animaux actifs la nuit et qui se cachent le jour.

La famille comprend deux groupes bien différents, les loris et les galagos.
De petite taille, entre 17 et 40 centimètres, les loris ont de grands yeux, pas ou peu de queue et se caractérisent par l’extrême lenteur de leurs mouvements.

Vivant dans les branches des arbres, ils ne construisent pas de nid. Insectivores, ils consomment des fourmis ou des insectes souvent malodorants et dédaignés par les autres animaux. Ils apprécient aussi les fruits.

Le cas des Galagos

Les galagos, plus grands, entre 20 et 80 centimètres, sont au contraire des sauteurs vifs et agiles.
Un peu comme les kangourous, ils accomplissent des bonds de plus de cinq mètres.
Leur queue est fort longue. Ils logent souvent dans les cavités d’arbres qu’ils ont eux même creusées avec leurs griffes puissantes.

Les galagos ont un régime alimentaire omnivore. On les rencontre exclusivement en Afrique, dans les savanes arborées jusqu’au sud du Sahara.
Que penses tu de ce petit animal ? Impossible de résister, protégeons -le! Protégeons son habitat aturel!

Le cas des Tarsiers

Les tarsiers appartiennent pour leur part au sous-ordre des Haplorrhiniens comme l’Homme et les singes.

Ces extraordinaires petits animaux sont d’ailleurs considérés comme les plus proches parents de l’Homme et du singe. Ils vivent uniquement dans le Sud-Est asiatique, dans les îles indonésiennes de Bornéo, Sumatra et Sulawesi ainsi qu’aux Philippines.

Les tarsiers sont très petits. Corps et queue confondus, leur longueur de dépasse pas une trentaine de centimètres. Proportionnellement leur tête, d’où émanent deux gros yeux, est énorme.

Les membres postérieurs sont très développés, en particulier leurs pieds appelés également tarses.
Leurs doigts, longs et fins, se terminent par des pelotes tactiles.

Très casaniers, les tarsidés sont bien difficiles à apercevoir. Ils ne sortent que la nuit pour se nourrir, se déplaçant par sauts dans les branchages à la recherche de leurs proies, insectes, serpents, petits vertébrés.

Le tarsier peut capturer et manger un oiseau plus gros que lui. La grande mobilité de sa tête et son excellente vue en font un prédateur redoutable.

Le tarsier vit environ dix ans. Son allure pour le moins étonnante fait qu’il est à la fois craint et vénéré par les populations indonésiennes qui l’affublent de divers surnoms, hanto, c’est-à-dire fantôme, par exemple.