Qui est le WWF ?

Au début des années 60, l’opinion commence à prendre conscience de la nécessité de protéger la nature. C’est pourquoi, en 1961, un groupe de scientifiques décide de fonder le WWF afin de récolter des fonds et de mettre sur pied des projets de conservation de la nature. Très vite, la nouvelle structure fait parler d’elle par ses combats écologiques, et développe un réseau important sur toute la planète. Aujourd’hui, le WWF, présent dans 90 pays, est une des organisations les plus connues, les plus expérimentées et les plus importantes au monde : elle compte 5 millions d’adhérents. Sa branche française est née en 1973 et regroupe près de 150 000 membres.

Au cœur du problème…

Enrayer et inverser le processus de dégradation croissante de notre planète, tel est le but ultime du WWF. Afin que l’homme puisse vivre en harmonie avec la nature, nous nous sommes donnés comme mission de préserver les espèces et les écosystèmes, de veiller à la bonne utilisation des ressources naturelles, et d’encourager une réduction maximum de la pollution. Pour cela ont été établis 6 domaines de lutte : les forêts, les eaux douces, les océans et les côtes, les espèces en danger, les substances toxiques, et enfin les changements climatiques. Le combat dure depuis plus de 40 ans, et il ne s’arrêtera que le jour où la faune et la flore de notre Terre ne seront plus en danger.

Que faire ?

En quatre décennies, grâce au soutien sans faille de ses membres et sympathisants, le WWF a eu la joie de faire aboutir de nombreux projets de protection de la nature, et a sauvé beaucoup d’espèces et d’écosystèmes. Ainsi, parmi ses succès retentissants, on peut citer le premier à échelle mondiale : en 1972, l’« Opération Tigre » a sauvé ce majestueux félin de l’extinction. Dix ans après, sa population avait doublé. De même, en 1994, le WWF réussit à créer en Antarctique le plus grand sanctuaire au monde, destiné à protéger les cétacés en voie de disparition. Les rhinocéros, les éléphants, les ours polaires… doivent leur survie aux efforts et aux pressions des volontaires du WWF. Ensemble aujourd’hui… pour demain !

Laisser un commentaire